En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies nécessaires au fonctionnement du site.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

Prise de rendez-vous

Prenez connaissances des modalités de rendez-vous.

Accès aux sites

Tous les sites d'accueil du GIMIR.

Contact

contact@gimir.com

Certification HONcode

Site certifié HONcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

Entéroscanner

Définition

Cette technique d’imagerie est utilisée pour étudier l’intestin grêle (petit intestin). Ce dernier présente la particularité d’être très long et très contractile. Son étude par endoscopie (comme la coloscopie pour l’étude du gros intestin) n’est pas possible compte tenu de sa longueur. L’entéroscanner constitue actuellement l’un des examens les plus performants pour l’étude des différentes anomalies de la paroi du petit intestin.

Les indications essentielles de l’entéroscanner sont l’exploration d’une hémorragie digestive sans cause retrouvée, la recherche de lésions de la paroi de l’intestin grêle et le bilan topographique des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. Il est indispensable d’être à jeun avant la réalisation de ce type d’examen. Il nécessite la mise en place d’une sonde naso-jéjunale souple. Cette sonde est introduite par une narine après anesthésie locale puis mise en place sous guidage radioscopique jusqu’au niveau de la partie proximale de l’intestin grêle.

La mise en place de cette sonde ne présente pas de difficulté particulière, seules de petites irritations nasales peuvent survenir occasionnellement. Dans un second temps, sur la table d’examen du scanner, 2 litres d’eau sont injectés par la sonde naso-jéjunale, afin de remplir l’ensemble de l’intestin grêle. Le scanner réalisé ensuite, après injection intraveineuse de produit de contraste et d’un antispasmodique, permet l’exploration de l’ensemble de la cavité abdomino-pelvienne. En fin d’examen, la sonde naso-jéjunale est retirée. Il est habituel qu’une diarrhée de courte durée soit engendrée dans les suites de cet examen.

Cabinets

SCANNER-IRM Clinique Trenel

Médecins

Tous les médecins